Pour la petite histoire

DES ORIGINES…

A l’origine du groupe: un duo d’auteurs compositeurs interprètes,

Garro et Pourtalet, qui après un long séjour sur la scène du « Pied Bleu », dirigé par Daniel Gélin, firent les beaux soirs d’un bon nombre de cabarets parisiens, de MJC, de clubs de vacances ou même de centres culturels français à l’étranger (Londres, Moscou…).

Puis c’est en tant que fondateurs et noyau dur du « Bruit Qui Court », version big band humoristique à géométrie variable, qu’ils continuent de sévir jusqu’en 2004…période immortalisée par un premier single (« super ménagère ») puis un album 14 titres (« encéphalopathies et spongieux »).

A NOS JOURS…

C’est de la rencontre du duo d’origine avec le pianiste et arrangeur Patrick Pernet qu’est né (fin 2005) LE BRUIT QUI COURT nouveau…Coup de foudre musical réciproque et compréhension immédiate pour un répertoire garanti fait « maison » qui va très vite permettre aux trois compères de se roder dans une multitude de petites salles, puis de se frotter avec gourmandise à des scènes plus imposantes ( MJC Village/La Cigale de  Créteil, théâtre Déjazet, Vingtième Théâtre, Forum Léo Ferré) avant que de squatter celle du théâtre des Blancs Manteaux de mai à novembre 2009.

Rejoints en juillet 2012 par le contrebassiste Malek Sadki, c’est désormais en quatuor qu’ils continuent de faire courir le bruit…

« TRANCHES DE VIES PERIPHERIQUES », le titre du spectacle créé à Paris, du 7 au 22 avril 2014 au théâtre de l’Essaïon, est aussi celui de leur second album (11 titres) sorti en juin 2013.

« TRANCHES DE VIES PERIPHERIQUES… LA SUITE !!! » dont les nouvelles chansons fourniront le plus gros du contingent des titres du prochain album, fut quant à elle commise du 24 mars au 2 avril 2016, toujours au théâtre de l’Essaïon, avant le grand bol d’air provincial (Skenet’Eau d’Auxerre, notamment…) et la récidive parisienne (Théâtre de l’Européen, Comédie-
Nation, Théâtre de la Vieille Grille…)